Des montagnes plutôt que des femmes célèbres comme noms de rues

Nouvelle polémique à Elne, une petite ville des Pyrénées-Orientales qui fait parler d’elle suite à une décision plus que discutable de son nouveau maire, Yves Barniol. En effet, celui-ci a décidé de mettre fin au projet entamé par le précédent maire qui consistait à donner des noms de femmes célèbres et engagées à de nouvelles rues. Une initiative très louable quand on sait qu’un très faible pourcentage de rues porte le nom de femmes. Il met donc fin à ce très bon projet pour donner aux rues de Elne des noms de montagnes! C’est un conseil municipal bien sexiste qui porte plus d’intérêt et d’importance à des montagnes qu’à des femmes qui ont fait l’Histoire. Selon Nicolas Garcia, ancien maire d’Elne à l’initiative du projet, cette décision est intolérable:

« Je suis choqué, je ne vois pas pourquoi on va débaptiser la rue « mère Thérésa » pour donner le nom du pic de Costabonne, c’est aberrant ! C’est la volonté de casser tout ce qui a été fait avant. Moi j’ai voulu donner le nom d’une rue à Olympe de Gouges qui est une auteure de la révolution française qui a été guillotinée en 1793 et qui a fait la déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne. L’idée c’est que les gens s’interrogent : « tiens, qui était cette femme ? » et d’aller chercher, c’est important ! Ce n’est pas anodin quand on donne des noms de rues, moi je veux bien qu’on appelle les rues, la rue des noisetiers, la rue des oliviers, la rue des poiriers, c’est très joli ! Mais dans toute œuvre, il faut qu’on fasse de la pédagogie, qu’on transmette des valeurs. Et là, on transmettait à la fois les valeurs et l’histoire à toutes les générations et en particulier aux jeunes générations. » *

On ne parle que trop peu de ces femmes qui ont contribué à l’Histoire de notre pays. La majorité des gens ignore qui elles sont et ce qu’on leur doit. Cette initiative était très importante car comme le souligne Nicolas Garcia, il est nécessaire de transmettre des valeurs. Les femmes sont sous-représentées dans la société, très peu de rues ou de stations de métro portent des noms de femmes et cela doit changer! Il est en effet important que les gens, et notamment les plus jeunes, s’interrogent sur ces noms (masculins et féminins) croisés tous les jours. Ces femmes célèbres sont même bien souvent jamais évoquées dans les manuels scolaires! Comment peut-on alors prétendre enseigner l’Histoire si la moitié de la population est oubliée? Monsieur le maire aurait-il osé débaptiser des rues portant des noms masculins? On en doute…

* lu sur francebleu.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :